Mother’s Wish

mothers-wish

Nous suivons 15 familles, soit 15 mères et leurs jeunes enfants, dans 10 pays : Finlande, Kazakhstan, Brésil, Inde, Russie, Chine, Australie, Islande, Kenya, Mexique, USA, Groënland, Canada, Ghana, Uganda.

mothers-wish-4

Ce documentaire contraste les témoignages de mères du monde entier, et montre ainsi l’universalité de la maternité et des sentiments maternels. On commence avec le réalisateur, Joonas, et sa mère ; celui-ci raconte un épisode médical lors duquel celle-ci est passée proche de la mort alors qu’il n’avait que 8 ans. Fils unique et sans père, le lien entre Joonas et sa mère est très fort, et cette première histoire sert à nous faire comprendre la motivation derrière ce film.

mothers-wish-karen-nyberg

Karen Nyberg, astronaute de la NASA, et son fils

On part ensuite de par le globe, avec notamment Karen Nyberg, de la NASA, qui raconte la distance avec son fils lors d’une de ses mission dans l’espace.

mothers-wish-3

Mises bout à bout, les narratifs de toutes ces mères donnent un aperçu touchant de la force de l’amour maternel et de la douleur qu’il peut entraîner, mais surtout de la résilience de ces mères et de ces enfants pour qui tout n’a pas toujours été rose. Quels qu’aient été les obstacles, ils ont été franchis, et le message du film est véritablement un message d’espoir.


Titre original : Äidin toive
Réalisé par Joonas Berghäll
Finlande, 2015

Publicités

Fúsi

Virgin-Mountain-Poster_udenkant

Fusi, 43 ans, habite encore avec sa mère et son beau-père. Sa vie suit un cours monotone, entre l’aéroport où il travaille et les jeux de société et de rôle, son passe-temps principal. Sa rencontre avec Alma, une jeune femme à la vie aussi compliquée, et avec Hera, sa jeune voisine, viennent perturber ses habitudes.

gunar

Gunnar Jónsson, acteur principal, pour qui le rôle a été écrit.


Titre original : Fúsi
Réalisé par Dagur Kári
Islande, 2015

Golden Apricot Yerevan International Film Festival – bilan positif !

Qualité de la programmation : 4 patates
patatepatatepatatepatatepatategrise

Ambiance dans les salles : 2 patates
patatepatatepatategrisepatategrisepatategrise

   gaiff

Palmarès de la compétition Features

Golden Apricot (1st Price): Embrace of the serpent: dir.: Ciro Guerra, (Columbia)
Silver apricot (Runner Up): End of winter: dir.: Kim Dae-hwan, (South Korea)
Special mention: Ixcanul: dir.: Jayro Bustamante (Guatemala/France)

Nous avions tout vu et (presque) tout apprécié

End of Winter

poster-end-of-winter

Une famille se retrouve pour le départ à la retraite du père, professeur, exilé pour son travail dans un village isolé. Celui-ci annonce sa décision de divorcer. Et la neige bloque tout le monde : plus de moyen de transport.

TO GO WITH: Entertainment-SKorea-film-Busan-festival-winners This undated handout photo released by the Busan International Film Festival (BIFF) in the southeastern port city of Busan on October 11, 2014 shows a still from the Korean film "End of Winter" which has won the New Currents award at the Busan International Film Festival. AFP PHOTO / BIFF ---- EDITORS NOTE ---- RESTRICTED TO EDITORIAL USE MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / BIFF" NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

S’en suit un délicieux huis-clos où on voit les deux fils se chamailler, la belle fille être pleine d’attentions pour son beau-père, la femme véxée…

end-of-winter-2

Arthur n’a pas trop aimé

end-of-winter-3


 

Titre original : Cheol-won-gi-haeng
Réalisé par Dae-hwan Kim
Corée du Sud, 2015